La Pointe du Payré

Nous vous proposons un circuit de découverte de la nature, en traversant un site exceptionnel, du point de vue du milieu, des paysages, de la géologie. Vous y découvrirez des plantes caractéristiques de la forêt de chênes verts méditerranéenne, des traces d’animaux et des traces d’activités humaines.
AVERTISSEMENT : le site exceptionnel de la Pointe du Payré est un milieu fragile dont la forêt littorale est propriété du “Conservatoire du littoral”. La partie centrale de cette zone (Maroc, Saint Nicolas) est une propriété privée dans laquelle il est interdit de pénétrer.

 

  • durée : 2 à 4 heures selon circuit
  • départ : parking de La Mine (accès par Jard-sur-Mer)

 

 

1. départ : parking de La Mine
Dirigez vous vers la mer. En suivant le chemin qui se dirige vers la plage de La Mine au milieu des dunes recouvertes d’une forêt de pins maritimes, plantée il y a 90 ans. On reconnaît le pin maritime à ses longues aiguilles rigides et piquantes regroupées par 2 et ses grosses  » pommes de pin « .

2. Rejoignez le sentier des douaniers, qui domine une falaise, au-delà de la plage de La Mine, à l’emplacement d’une ancienne mine encore exploitée il y a un siècle. Suivez-le en vous dirigeant vers l’ouest.

3. Vous traversez un milieu très fragile. Ne sortez pas du sentier. En effet, l’érosion due au passage des promeneurs , amplifiée par les vents et les embruns, forme des brèches dans les fourrés de chênes verts de l’étroite bande de forêt qui longe la côte. Certaines sont si larges, que les embruns menacent les parcelles agricoles, qui ne sont plus protégées par la forêt.

4. En regardant vers le large, vous pourrez sans doute découvrir le nord de l’Ile de Ré terminé par son phare des Baleines.

5. Continuez sur le sentier au bord de la falaise.Vous traversez une zone d’érosion importante. 
Les eaux de pluies ravinent le sol très meuble formant un réseau torrentiel très profond qui facilite la descente de la falaise vers la mer

 

6. Un peu plus loin, dans une échancrure de la falaise, à côté d’un promontoire rocheux qui s’avance dans la mer, vous pourrez découvrir une petite fontaine où les anciens gardaient leur litre de vin pour le retrouver frais lorsqu’ils revenaient de la pêche dans les rochers à marée basse!


7. La falaise est percée d’un profond canyon. Dans quelques années, l’érosion isolera ce bout de falaise dans la mer. 

 

8. Depuis le promontoire,

observer dans l’épaisseur de la falaise la discordance entre les couches de roches métamorphisées et plissées lors du soulèvement du Massif Armoricain à l’ère Primaire et les couches sédimentaires horizontales plus récentes qui les recouvrent (depuis le Lias : époque des dinosaures).

 

9. Le sentier s’enfonce dans le sable suite au piétinement des promeneurs. Ce creusement est amplifié par les vents du nord-ouest qui dominent dans la région


 

10. En arrivant à la Pointe du Payré, dirigez vous vers le blockhaus, reste du  » mur de l’Atlantique  » de la dernière guerre.

Du belvédère qui soutenait à l’époque une mitrailleuse, vous pouvez admirer le magnifique paysage de la mer la vue s’étend jusqu’aux  » Sables d’Olonne « . A vos pieds vous pouvez observer à marée base une ancienne écluse qui servait encore de pêcherie il y a 50 ans.

11. Après la Pointe du Payré, descendez par le sentier vers la plage au bord du chenal.

Si vous êtes fatigué, remontez sur la côte avant d’atteindre la falaise rocheuse. Reprenez le circuit en 22

 


12. Sinon suivez cette plage de sable vers le nord.
Découvrez les grottes creusées dans la falaise calcaire. Les pierres qui en étaient autrefois extraites, étaient utilisées pour construire des claires pour les huîtres.

 

13. Un peu plus loin vous découvrez des petites zones de sable noir riche en grenats et en pyroxènes

 

 

14. En approchant de la plage de la Guittière, la côte est protégée de l’érosion par des poteaux de bois et des murs de pierres venant des grottes.Remontez sur la falaise et revenez dans la forêt en suivant le chemin.

Au premier croisement prenez à gauche

15. En arrivant en face du port de la Guittière, admirez cette prairie de “lavande de mer”, plantes aux magnifiques fleurs bleues, résistantes à l’eau de mer salée qui les recouvre lors des grandes marées.

16. Au niveau de la croix des scouts, reprendre le chemin par lequel vous êtes arrivé. Les arbres morts sont des robinier faux-acacias (dits à tort « acacias ») qui n’ont pas résisté aux montées des eaux lors de très grandes marées

17. Continuez le chemin de gauche pour pénétrer dans la forêt de chênes verts.
Les chênes verts sont des arbres méditerranéens qui gardent leurs feuilles l’hiver et sont donc toujours verts ; on ne les retrouve que dans notre région sur le littoral atlantique ; ils y sont préservés par la douceur du climat et la durée de l’ensoleillement ; ils sont bien adaptés aux tempêtes, à la sécheresse de l’air salé et du sol sableux. Sur votre droite, vous pouvez observer un ancien bras du chenal où les sangliers aiment venir se rouler.

18. Lorsque vous apercevez une clairière derrière les arbres sur votre gauche, faites un petit crochet jusqu’à sa lisière afin d’admirer une ancienne dune, baptisée “le Maroc”, aujourd’hui complètement recouverte de minuscules rosiers nains (rosiers pimprenelle). En été, faites silence pour écouter le chant de milliers de sauterelles.

19. Retournez sur le chemin et continuez jusqu’à la clairière où la végétation commence à repousser.

20. Continuez le chemin qui monte lentement au milieu des pins et des bosquets de chênes verts. De nombreuses touffes d’une plante aux petites fleurs blanches et aux petits fruits orange,
le Daphné, caractéristique des forêts de chênes verts méditerranéennes

 

 

 

21. Le chemin arrive en bordure de la côte. La rejoindre par le petit sentier.

Vous avez une vue magnifique sur tout l’estuaire et la plage du Veillon. Avant de descendre sur la plage observez la forme curieuse des chênes verts qui poussent avec leur tronc complètement couché sur le sol ce qui leur permet de résister aux violentes tempêtes salées venant de l’ouest.

22. Descendez vers la petite plage.
A vos pieds sentez l’odeur de safran des immortelles aux petites fleurs jaunes en été.

 

23. Longez la plage sur votre gauche en regardant la mer.

A l’extrémité grimpez par le petit sentier qui s’enfonce au milieu d’un taillis de chênes vert si dense qu’aucune plante ne peut pousser dessous.

24. Dans la petite clairière respirez l’odeur parfumée des cistes à feuilles de sauge, ces plantes aux fleurs blanches, elles aussi caractéristiques de la flore méditerranéenne25. Quelques pas plus loin quelle surprise de découvrir des petits pêchers au milieu de la végétation sauvage. Vous êtes dans  » le jardin  » des douaniers qui habitaient autrefois la pointe du Payré.

26. Continuez sur le chemin qui s’enfonce sur la forêt vers l’est, pour rejoindre le parking de « La Mine ».

27. Le long du chemin de la forêt, vous pourrez découvrir des grandes fougères aigles et de la bruyère à balais. Dans les parties les plus denses, les troncs sont recouverts de lichens argentés, Cladonia, signe d’absence de pollution de ce milieu.

28. Vous pourrez peut-être découvrir des pins gemmés. Leurs troncs sont reconnaissables aux longues cicatrices verticales qui entaillent leur écorce. Elles étaient faites pour recueillir leur résine, qui était une matière plastique fort précieuse au siècle dernier.

29. Vous revoici au parking. Nous espérons que vous avez apprécié cette promenade dans ce site exceptionnel, mais fragile.

 

Ce parcours vous est proposé par ESTUAIRE port de La Guittière 85440 Talmont-St-Hilaire, n’hésitez pas à venir nous y renconter.

imprimez ce document et partez à la découverte